La Micropraxie et la Microkiné, des techniques manuelles douces

Pour soulager les douleurs, lutter contre les agressions environnementales et se libérer du stress et des angoisses.

LES INDICATIONS

La Micropraxie et la Microkiné s'adressent à tous patients, du nourrisson au 3ème âge, pour des séances préventives ou curatives. Il n'y a pas de contre indication puisqu'il n'y a pas de manipulation.

Troubles
physiques

• Douleurs articulaires, musculaires et ligamentaires d’origines traumatiques (entorse, luxation, fracture, lumbago).
• Douleurs rhumatismales (spondylarthrite, algoneurodystrophie, capsulite rétractile, psoriasis, fibromyalgie, ...).
• Troubles organiques (régurgitations, coliques, gastrite, colopathie, endométriose, migraine, acouphènes...), fatigue chronique.

Troubles
psychiques

Etat dépressif, nervosité, anxiété, phobies, troubles de la mémoire et de la concentration, échec scolaire, problèmes relationnels, manque de confiance en soi, bégaiement, énurésie, troubles de la libido.

Troubles d’origine environnementale

Allergies respiratoires et cutanées (rhinites, sinusites, asthme, eczéma, ...), intolérances alimentaires et environnementales, troubles de la fertilité, effets secondaires de chimiothérapie et radiothérapie.

QU'EST-CE QUE LA MICROPRAXIE ET LA MICROKINÉ ?

La Micropraxie, par des palpations spécifiques permet de rechercher directement le circuit à l'origine d'un symptôme et ainsi d'effectuer des corrections ciblées.

La Microkinésithérapie est une technique manuelle de soin qui vise à relancer les mécanismes naturels d’auto-réparation, cette méthode nous aide à éliminer naturellement les mémoires qui affaiblissent notre organisme.

Nos praticiens combinent les procédés des deux techniques afin d'augmenter l'efficacité des séances.

Mécanisme naturel de guérison de l’organisme

Le corps humain comme tout organisme vivant est conçu pour s’adapter, se défendre et s’auto-réparer face aux agressions venant de l’extérieur. Au quotidien face aux agressions d’origines virales, environnementales, traumatiques ou émotionnelles, un phénomène naturel d’auto-réparation ou auto-guérison s’effectue en silence sans même que nous nous en apercevions. Les plaies se cicatrisent, les os se ressoudent, les agents infectieux sont détruits, les chocs émotionnels sont évacués. Mais parfois, l’agression est trop forte ou mal identifiée par l’organisme et celui-ci n’est plus capable de trouver la solution.

Cicatrice d’une agression que l’organisme n’a pas su identifier

Lorsque l’agression est supérieure aux possibilités de défense de l’organisme, la vitalité du tissu corporel concerné va être altérée et laisser apparaître une « cicatrice », sorte de mémoire de l’évènement. L’accumulation de ces mémoires va faire apparaître un jour un symptôme, une douleur voire une maladie.

Palpation fine de la vitalité des tissus

Le micropracteur par une palpation spécifique appelée micropalpation est en mesure d’évaluer l’état de fonctionnement et le degré de vitalité des tissus. En effet, les tissus de notre corps sont animés d’un rythme particulier appelé « mouvement respiratoire primaire » (MRP) ou « manifestation rythmique palpatoire ». Une cicatrice se manifeste par la perte de rythme vital naturel du tissu. Le micropracteur va percevoir une sensation de restriction entre ses mains.

Stimulation spécifique de l’organisme

Une fois que le praticien a identifié et localisé la cicatrice pathogène, il va la stimuler. Ainsi, l’organisme va reconnaître les désordres qu’il n’a pas su gérer et relancer son mécanisme réparateur.

LE DÉROULEMENT D'UNE SÉANCE

Le plus souvent, une seule séance permet de corriger le problème pour lequel le patient vient consulter. Votre micropracteur vous conseillera éventuellement une seconde séance espacée d’un mois en fonction du bilan initial. Pour les troubles chroniques, un suivi peut être envisagé.

Durée de la séance :
45 à 60 minutes

1

Recherche

Après avoir signalé les motifs de sa consultation, la personne s’allonge sur la table de massage en restant habillée.
Le praticien l’ausculte avec ses mains à la recherche des étiologies responsables du désordre observé, c’est la mise en évidence des cicatrices pathogènes.
2

Correction

Le praticien va ensuite chercher le symptôme qui en découle et sa localisation dans le corps.
Le micropracteur va pouvoir déclencher les mécanismes d'auto-réparation en stimulant la cicatrice pathogène par rapport à son étiologie.
Il fait reconnaître par voie palpatoire l’agresseur contre lequel l’organisme n’avait pas su se défendre.
3

Cicatrisation

Après la séance, le corps va entamer un travail d’auto-réparation comme lorsqu’il crée une immunité face à un virus, cicatrise une plaie ou calcifie une fracture.
Ce travail peut entraîner une fatigue durant 1 à 2 jours.
Il est préférable d’éviter toute dépense physique importante pendant cette période et de boire au moins 1,5L d’eau par jour pour faciliter le travail d’élimination.

Vous souhaitez vous former à la Micropraxie ?

Découvrez toutes les formations proposées par l'institut G'Formation

En savoir plus